Le saviez-vous ?

Pourquoi un enfant mord ?

 

Ah la collectivité ! Elle a ses joies mais aussi ses peines et parmi elles.. Quel enfant n’a jamais été confronté à la morsure ?

Dur dur pour un parent d’apprendre que son enfant mord.. et encore plus d’apprendre que son enfant a été mordu..

Bien souvent chez l’adulte différentes émotions se mélangent et quand cette situation dure, parents et professionnels ne savent parfois plus comment se positionner face à cela. Mais alors, comment réagir ? Et comment accompagner au mieux cette étape du développement chez l’enfant ? Parce-que oui, il s’agit bien d’une étape du développement que certains enfants traversent.

Tout d’abord, pourquoi un enfant mord ?

  • Contrairement à ce qu’on peut penser il ne s’agit pas d’un acte de violence ou d’agressivité prémédité. A cet âge là, l’enfant n’est pas en capacité de savoir si un geste est méchant et, est fait pour faire du mal ou pas. Bien souvent, ces manifestions ou  gestes, trouvent leurs causes ailleurs. Ils peuvent faire suite à une pulsion, à une émotion négative ou positive, mais peuvent, aussi, être la réponse à une frustration, ou bien encore, être un moyen de communiquer. Toujours est-il que ce qu’il faut retenir est qu’un enfant ne souhaite pas faire de mal, il n’est pas en capacité de gérer ses pulsions . Sachez qu’avant 3 ans son cerveau n’a pas la maturité nécessaire pour savoir qu’un geste est violent et peu faire mal à l’autre.

  • De plus, sachez qu’un enfant découvre le monde par la bouche, celle-ci est pour lui un organe de découverte, avec lequel il va explorer et goûter on parle de stade oral ou buccal. Les morsures font donc partie intégrante de sa découverte, il met à la bouche ce qu’il a envie de découvrir ou ce qui suscite chez lui différentes émotions incontrôlables.

     

  • Il s’agit également de son moyen d’expression. Bien souvent, quand l’enfant acquiert la parole il n’éprouve plus le besoin de mordre parce qu’il arrive à communiquer et à se faire comprendre facilement. Mais parfois, ce petit être en développement va être confronté à des émotions tellement fortes en lui que le seul moyen qu’il trouvera pour s’exprimer sera d’utiliser sa main, son pied, ou même sa bouche, mais encore une fois, ce ne sont en aucun cas des gestes agressifs !

  • Cela peut être une demande d’attention de sa part. Qui, n’a jamais observé une différence de comportement de son enfant envers différents adultes ? Cela peut parfois être du au fait que l’enfant réclame l’attention de l’adulte. Le tout jeune va donc adopter un comportement différent en fonction de l’attention qu’il réclame. Mais attention si c’est le cas, pas de culpabilité à avoir votre enfant sait que vous l’aimez, il a juste durant une période donnée besoin de plus d’attention.

Mais alors, comment réagir face à tout cela ?

Pour l’enfant qui a été mordu :

Il est très important de réconforter l’enfant qui a été mordu, et de le soigner si besoin. N’hésitez pas à mettre des mots sur ce que l’enfant ressent et à lui dire que personne n’a le droit de lui faire du mal.

Pour l’enfant qui a mordu :

Comme vous venez de le lire plus haut si un enfant mord ce n’est pas pour faire du mal. Il est donc important et même indispensable pour sa construction d’adopter envers lui une attitude ferme mais bienveillante. Le gronder ou même le punir ne serait pas l’aider malgré ce que nous pourrions penser. Gardez à l’esprit que l’enfant avant 3 ans n’a pas conscience qu’il fait ou peut faire du mal à l’autre. Expliquez lui, avec fermeté mais bienveillance qu’il n’a pas le droit de faire du mal aux autres, et par conséquent, que les autres n’ont pas le droit de lui faire du mal aussi. Mettez des mots sur les frustrations qu’il peut avoir et qui ont pu provoquer cela chez lui et gardez à l’esprit que ce n’est qu’une phase et qu’elle passera !

Plutôt que de lui dire : « tu es méchant(e) on ne mord pas, tu es vilain(e) tu seras punis » essayez plutôt : « Je comprends, tu es énervé, fatigué, en colère parce-que .. et tu as le droit. Mais tu n’as pas le droit de faire du mal aux autres, que ce soit avec ta bouche ou tes mains ».

Parents, vous connaissez votre enfant mieux que personne, alors n’hésitez pas à repérer, à anticiper les crises !

Vous le savez il est important qu’un enfant ait un cadre, des règles et des limites, mais il est également indispensable qu’il soit valorisé même quand cela semble difficile.

Et surtout n’oubliez pas qu’un enfant se construit au travers du regard que l’adule a sur lui. La personne qu’il est ne se résume pas aux actes qu’il fait !

Le saviez-vous ?

Acquisition de la propreté

C’est en général entre 2 et 4 ans qu’un enfant apprend à être propre. Cette étape du développement suscite souvent de nombreuses interrogations de la part des parents et de l’entourage, mais pour autant, il est indispensable de respecter son rythme et de ne pas le brusquer cela pourrait retarder son apprentissage. Lui faire confiance est donc la clef du succès !

Devenir propre, c’est avant tout apprendre à maîtriser ses sphincters, l’enfant doit être prêt non seulement physiologiquement mais également et surtout psychologiquement.

Par conséquent, il n’est pas possible d’apprendre à un enfant à devenir propre, par contre, il est possible de l’accompagner tout au long de ce processus, de mettre des mots sur ce qu’il peut vivre et ressentir. L’apprentissage de la propreté la nuit peut cependant prendre plus de temps et se fait entre 2 et 5 ans, alors avant 5 ans il est inutile de s’inquiéter si votre enfant ne réussit pas à se lever la nuit pour aller aux toilettes !

Comment savoir si mon enfant est prêt à être propre ?

  • Il va lui même et demande son pot ou le toilette
  • Il garde sa couche propre pendant plusieurs heures
  • Il verbalise quand sa couche est sale
  • Il arrive à se déshabiller en partie seul
  • Il se montre curieux sur le sujet
  • Il comprend les consignes simples et commence à s’exprimer

 Comment accompagner mon enfant dans ce processus ?

  • Par le jeu: Des jeux d’imitations peuvent être proposés à l’enfant afin de jouer ce qu’il vit. Il est possible également de trouver des histoires ou comptines autour de ce sujet
  • Aider l’enfant à avoir confiance en lui
  • Respecter son rythme et ne pas le comparer
  • Verbaliser ce qu’il vit et ressens
  • Être à l’écoute de ses besoins
  • Avoir le matériel adapté (pot ou rehausseur)